Et bien non… la relance par Eco-Sapiens aura fait long feu.

La piste d’installation sur la Hall Puget n’a finalement pas débouché et le projet de création d’une Cité de la Consommation Responsable est définitivement abandonné.

Si vous souhaitez vous engager sur une nouvelle initiative de regroupement physique d’acteurs, n’hésitez pas à explorer notre porte-documents où vous trouverez toute l’expérience accumulée lors de cette aventure de 3 ans, qui reste à disposition de tous.

Vous avez suivi le projet de création d’une Cité de la Consommation Responsable à Marseille, vous avez participé à plusieurs réunions, vous avez renvoyé des questionnaires… et ce fut un peu le silence.

On croyait la CCR enterrée ? Et bien non mais les projets ambitieux doivent souvent être menés en course de relais. Depuis le début de l’année 2013, le projet a été repris par les eco-Sapiens, dont Benjamin Leroy (l’un des fondateurs de cette SCOP spécialisée sur la consommation responsable) avait travaillé à mi-temps à Regain en fin d’année dernière.

Et une belle opportunité s’offre désormais à nous : une installation dans la Halle Puget (quartier Belsunce à Marseille).
L’idée est de fermer la Halle, créer un étage et disposer ainsi de 430 m² dédiés à la consommation responsable (pas de bureaux).
La Mairie de Marseille est dans le coup, la Caisse des Dépôts et Consignation aussi pour le financement du gros œuvre et le changement de destination du lieu. La Région et le Département soutiennent de leur côté la réunion d’acteurs tels que nous.

Tout ceci permet d’envisager un loyer d’occupation assez faible, permettant de financer les aménagements intérieurs et de développer nos activités en mutualisant de nombreux moyens. L’objectif serait une ouverture du lieu en septembre 2014.

On peut imaginer un rez de chaussée avec un restaurant et de l’épicerie (du frais du sec, des produits d’entretien) et un étage dédié à la mode éthique, la déco, les arts de la table, les créateurs…

Benjamin aimerait pouvoir vous en parler plus directement et notamment sur le modèle économique, la structuration juridique. Il doit travailler sur l’affinage de vos besoins et éventuellement vos capacités d’investissement.

Voici quelques propositions de date pour une rencontre collective en mai ou juin 2013 :

http://www.doodle.com/haer8haxgbv4rc5r


Si vous préférez une rencontre en petit comité dites-le lui par retour de mail.

A très vite

La CCR se donnait pour vocation de devenir la porte d’entrée de l’économie sociale et solidaire (ESS) sur Marseille : un espace de 2000 à 2500 m² en centre-ville, concentré d’innovations écologiques, regroupant des commerces issus du monde de l’ESS où chacun pourrait trouver des produits de qualité pour se nourrir, se restaurer, s’habiller, entretenir son habitation, voyager solidaire, ainsi qu’une centaine de bureaux permettant de loger les associations de l’ESS dans de bonnes conditions.

 

Ouvert et accessible à un large public, ce lieu devait offrir une nouvelle centralité aux consommateurs, de plus en plus nombreux, ayant pris conscience qu’en achetant un bien ou un service, ils déterminent aussi les conditions de travail de ceux qui les produisent et les vendent, le respect ou non de l’environnement ; des consom’acteurs ayant compris que leurs achats quotidiens pouvaient avoir un impact sur nos sociétés.

 

En améliorant la visibilité et la lisibilité de cette offre alternative, ce lieu devait également permettre de soutenir activement les acteurs engagés pour une économie plus responsable, en mettant concrètement en œuvre une logique de mutualisation permettant un changement d’échelle. Après une longue naissance ayant permis, à force de conviction, de mettre la consommation responsable, le ‘bio’, les filières courtes, les produits socialement responsables sur le devant de la scène… passer à une nouvelle étape : grandir.

 

Ce projet un peu fou, initié par des acteurs de l’ESS au mois de février 2010, ne verra cependant pas le jour.

 

Les moyens semblaient pourtant à la mesure des ambitions :

  • un partenariat déterminant avec la société étic, une structure dédiée à l’immobilier responsable partageant nos valeurs, capable de réunir 4 à 5 millions d’euros pour l’acquisition et la rénovation écologique d’un bâtiment, puis de gérer ce centre dédié à l’ESS ;
  • la mobilisation d’une cinquantaine d’acteurs économiques et associatifs de la région PACA et au-delà, dont plusieurs têtes de réseaux de l’ESS (APEAS, Inter-made, CRESS) ;
  • le soutien financier, sur trois ans, du Conseil Régional PACA, du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, de la Fondation MACIF et de la Fondation Un monde par Tous ;
  • enfin une association, REGAIN, mettant à disposition deux personnes qualifiées à mi-temps dédiées au développement de ce projet.

 

Portant, force est de constater que malgré les efforts développés, les partenariats noués… et parfois dénoués, la quinzaine de pistes foncières envisagées dont trois de façon approfondies… la perle rare recherchée est restée introuvable. Nous n’avons pas trouvé ce bâtiment à rénover de 2000 à 3000 m² de surfaces pouvant être réparties entre commerces et bureaux, situé en centre-ville dans un quartier attractif sur le plan commercial à un coût compatible avec l’économie des acteurs marseillais.

 

Certaines raisons sont à chercher du côté local, comme l’opacité et la difficulté d’accès au marché immobilier de notre métropole méditerranéenne. Mais d’autres, à coup sûr, pourraient être les mêmes dans d’autres villes françaises ou européennes : la difficulté pour des acteurs de l’ESS économiquement fragiles et ayant peu de capitaux propres à prendre un risque et à le tenir dans la durée pour changer d’échelle ; la difficulté, sans doute, à mobiliser le niveau d’expertise suffisant pour développer un « centre commercial » alternatif face à une concurrence de promoteurs et de grandes enseignes ayant des moyens autrement plus développés ; la difficulté, enfin, à construire un modèle économique viable partant de la volonté de construire un gros acteur solide (un « centre de profit » ?) à partir de la réunion de petits acteurs fragiles.

 

Regain travaille actuellement à rapport de capitalisation pour retracer l’histoire de cette aventure collective, et en analyser les différents facteurs de réussite et d’échec : il présentera les principaux éléments de méthodologie employés, le montage juridique et financier envisagé et la désespérante quête du foncier ayant conduit à l’arrêt du projet. Ce, dans une perspective comparative, c’est-à-dire en analysant conjointement d’autres expériences similaires en France – abouties ou échouées – afin d’en tirer des enseignements pour les prochaines batailles à mener.

 

D’ores et déjà, le compte-rendu du 9ème COPIL présente les raisons essentielles ayant conduit à l’arrêt du projet.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Cité de la Consommation Responsable de Marseille en 6 mn !

Vous pouvez également retrouver l’intégralité des interviews des structures présentées dans ce film, et d’autres futurs résidents de la CCR dans la rubrique ‘ce qu’ils ont à dire‘.

Le projet de création d’une Cité de la Consommation Responsable à Marseille se poursuit avec quelques changements en septembre. C’est aujourd’hui Benjamin LEROY qui remplace Myriam CARBONARE comme chargé de mission sur la CCR. Myriam reste membre active de l’association REGAIN et poursuit sa route vers de nouvelles aventures professionnelles.

La prochaine date importante pour le projet est le 21 septembre où se tiendra une réunion avec les collectivités locales intéressées au développement du projet et étic. C’est pourquoi vous serez bientôt contactés par Benjamin qui ferra un point avec vous sur les questionnaires commerce et bureau que nous vous avions envoyés en juillet. Nous devons en effet étayer nos analyses concernant le projet d’installation rue Fongate et préparer au mieux la réunion du 21 qui décidera de la poursuite, ou non, de cette piste d’implantation.

Après une période de turbulences liée à la difficulté d’ajuster les paramètres ‘lieu’ – ‘résidents’ – ‘investisseurs’, qui explique notre relatif silence de ces dernières semaines, nous continuons à travailler pour rendre le projet réalisable.

Deux hypothèses ont été ouvertes lors du dernier COPIL du projet, qui s’est tenu le 12 juin dernier : poursuivre la piste de l’implantation rue Fongate, ou rechercher une nouvelle implantation mieux adaptée aux besoins des résidents.

A cette fin, nous relançons un questionnaire aux structures potentiellement intéressées pour rejoindre la CCR – que ce soit pour du commerce (ouvrir le questionnaire commerce) ou du bureau (ouvrir le questionnaire bureau) – qui doit nous permettre :

  • D’évaluer la possibilité ou non de présenter une offre d’achat sur le bâtiment rue Fongate (voir dossier joint)
  • De collecter les données nécessaires pour faire aboutir le projet (rue Fongate – ou sur autre lieu d’implantation)
  • De vous permettre de mieux visualiser les services (et les coûts associés) qui seront pris en charge dans le forfait locatif global afin de les comparer avec vos coûts actuels.

Nous remercions vivement les structures intéressés de nous le renvoyer dans les meilleurs délais.

Par ailleurs, une réunion ‘financeurs’ aura lieu courant septembre 2012 et devrait permettre d’appréhender plus précisément quels leviers peuvent être mobilisés par les collectivités locales pour rendre le projet réalisable dans les meilleures conditions pour les acteurs de l’ESS.

Regain a préparé une note de présentation du quartier autour de la rue Fongate, afin d’évaluer le potentiel commercial pour la future CCR.

Vous pouvez la télécharger ici.

Est-ce à l’angle de la rue d’Estelle et de la rue Fongate, dans le 6ème arrondissement  de Marseille que la Cité de la Consommation Responsable verra le jour ?

C’est ce que nous espérons, après avoir visité ce beau bâtiment (2000 m²) de la fin du 19ème siècle, situé dans une rue qui fait la jonction entre le cours Julien et la rue de Rome, dans un quartier avec un vrai potentiel de clientèle, permettant d’assurer la visibilité du projet à une échelle régionale.

Trois visites du bâtiment ont été organisées depuis le 9 février 2012 et c’est avec l’adhésion générale des membres du COPIL, d’étic et des financeurs (Région PACA, Fondation MACIF, CG 13) que nous passons maintenant à l’étape suivante : proposer une offre d’achat au vendeur, le Conseil Général, avant fin mai.

Si vous êtes intéressés par le projet,  nous vous invitons à la REUNION D’INFORMATION qui se tiendra le JEUDI 19 avril (de 14h à 17h) au 6, rue Fongate  afin de visiter ensemble ce beau bâtiment, de vous présenter étic, le contenu et les étapes de réalisation du projet et d’évoquer ensemble les possibles sur l’aménagement de la future CCR.

A la suite de cette réunion, nous ferons la synthèse des intentions/besoins des acteurs souhaitant devenir résidents et nous serons alors en mesure de construire le ‘programme’ de la CCR, en particulier la répartition des espaces entre commerces et bureaux. Pour une entrée dans les lieux en 2014 ?…

REGAIN vous souhaite une excellente année 2012,

Qui commence pour nous par un déménagement de nos locaux.

Nous partagions jusqu’à l’année dernière notre bureau avec l’association GEPIJ.  Ce beau compagnonnage de plus de deux ans s’achève en raison du dynamisme de ces éducateurs spécialisés autogestionnaires, qui sont maintenant 7 à travailler au 8 rue Escoffier, dans le 5ème à Marseille et l’espace n’étaient plus assez grand pour nous tous.

Nous sommes donc ravis de disposer de plus d’espace tout en mutualisant toujours nos locaux avec d’autres organisations de l’ESS : ces nouveaux voisins avec lesquels nous allons partager l’aventure quotidienne du développement d’une économie plus solidaire sont désormais : Autopartage, Libres à Vous et 2l léger & local, ces deux dernières structures sortant de la couveuse Inter-made.

En attendant la CCR…

Vous pouvez désormais nous rendre visite au 16 avenue des Chartreux, 13004 Marseille, à 30 secondes des 5 Avenues et nous joindre au 04 91 00 32 91.

 

Le partenariat avec la Friche s’avère plus compliqué que prévu… et d’ores et déjà, il n’est plus possible de prévoir une installation provisoire en 2013 sur le site des algécos.

REGAIN relance donc la recherche immobilière pour trouver un espace de 2500 à 3000 m² de SHON, à répartir entre commerces et bureaux, sur un emplacement commercial et accessible, de préférence sur l’axe du tramway T2 (Blancarde / Chave – Euromediterranée Arenc).

Regain a fait fin septembre 2011 un voyage d’étude dans les centres Mundo Bruxelles et Mundo Namur, développés par notre partenaire Ethical Property Europe en Belgique.

Nous en sommes revenus plutôt impressionnés par la qualité du bâtiment et la gestion ‘holistique’ de ces centres, qui mettent la satisfaction des structures utilisatrices au coeur de leur projet.

Le compte-rendu de ces visites est en ligne, qui donnent un avant goût de ce que pourrait être la future cité de la consommation responsable de Marseille… au moins pour la partie bureaux.

Le COPIL du 22 septembre 2011 a validé le principe d’une implantation à la Friche de la Belle de Mai, dans le 3ème arrondissement de Marseille.

Cette volonté partagée de partenariat entre la CCR et la Friche doit maintenant être confirmée par les instances politiques de la Friche.

La CCR pourrait ainsi s’installer en face des « Grandes Tables de la Friche », à la place des actuels Algecos, et ouvrir ses portes début 2013 pour bénéficier pleinement de l’année Marseille capitale de la Culture 2013 (la Friche en sera l’un des quatre pôles structurants). Le loyer sera attractif pour permettre à tous les acteurs de l’ESS qui le souhaitent de participer à cette initiative pionnière et réjouissante.

L’appel à candidature sera lancé dès que nous aurons obtenu un accord formel (validation du CA) de la SCIC Friche de la Belle de Mai.

Une récente étude du CREDOC prévoit une évolution notable du commerce dans la décennie à venir : entre poids grandissant du e-commerce, importance croissante des relations clients et retour au commerce de proximité, l’étude révèle un retournement radical des modes de pensée.
68% des 160 professionnels et experts du secteur interrogés pensent ainsi bientôt assister à une diffusion « à grande échelle » d’une consommation raisonnée, responsable et éthique. Dans le même temps, ils sont 69% à annoncer le renforcement du commerce de proximité durant la décennie. Les trois quarts du panel annoncent au passage un recul des hypermarchés.

La CCR est donc au coeur de cette évolution en cours ! Voir ici une synthèse (1 page) de l’étude du CREDOC.

Regain a organisé une table citoyenne le 14 avril 2011, à partir de l’expérience de la CCR, ayant pour thème : Regrouper les acteurs de l’’ESS dans un même lieu pour renforcer leurs actions.

Un cahier d’espérance a été élaboré, qui permettra, nous l’espérons, de contribuer à rendre viable et visible une économie plus responsable.

Vous pouvez consulter ce cahier d’espérance sur le site des Etats Généraux de l’ESS PACA.

Pierre Lévy et Myriam Carbonare de REGAIN seront présents lors de la synthèse régionale le 19 mai à la Région.

Suite à la demande des acteurs économiques de poursuivre notre recherche foncière, Regain a approché MK2 pour étudier la possibilité d’un partenariat permettant une installation de la CCR en haut de La Canebière, sur la place qui accueille actuellement la mairie du 1/7.

MK2 Cannebière

Après deux rencontres avec Nathanaël Karmitz, président du Directoire de MK2, dont la dernière, le 7 avril 2011, s’est tenue avec notre partenaire étic, les discussions sont bien engagées et nous saurons à la mi-mai si ce partenariat est économiquement réalisable ou non.

En parallèle, nous poursuivons la recherche foncière, d’autant que si cette implantation au RdC du multiplex MK2 se réalisait (entre 1000 et 1500 m²), elle ne concernerait que les commerces, alors que notre projet de CCR prévoit également d’intégrer de nombreux espaces de bureaux.