L’un des enjeux majeurs de la CCR est de faciliter les coopérations économiques entre acteurs : comment éviter la concurrence frontale entre acteurs d’un même secteur d’activité et permettre au contraire des économies d’échelles ? Comment faire en sorte que la communication, les clients… de chaque structure s’additionnent et s’appuient mutuellement (selon la logique 1+1=3) pour passer un effet de seuil ?

Le GT2 a fait des propositions en ce sens, qui s’appuient notamment sur un espace de vente partagé, des caisses centralisées et une installation des acteurs économiques dans des corner regroupés en pôles d’activités (tourisme solidaire, maison, alimentation…). Cette organisation permet à chaque acteur de n’occuper que l’espace qui lui est strictement nécessaire (de quelques m² à plusieurs dizaines de m²), et de mutualiser services comptables et personnel de vente (1 vendeur spécialisé par pôle d’activité).

La gouvernance de la CCR pourrait ainsi reposer sur les 3 outils de gouvernance suivants :


1. Une association des résidents :

  • Objectif : faire vivre le ‘projet collectif’, organiser la coopération économique
  • Des commissions par secteur d’activité et autour d’aspects plus fonctionnels :
  • Programmation culturelle, sensibilisation/information des consom’acteurs, livraison mutualisée…
  • L’adhésion des résidents est obligatoire et il est proposé qu’ils s’investissent dans au moins une commission pour faire vivre le lieu.
  • Possibilité que l’association des résidents porte un salarié en charge de la communication extérieure et de la coordination de l’animation de la CCR.
  • Possibilité qu’elle prenne en location les espaces dédiés aux permanences des structures non commerciales.

Le budget de cette association pourra être composé, pour partie de cotisations des structures résidentes et pour partie de subventions.


2. Création de groupements d’employeurs pour gérer l’open space

  • L’open space devrait être doté d’un système de caisses centralisées.
  • Par ailleurs, un nouveau métier, de ‘vendeur éthique », pourra être créé. Chaque département pourra ainsi décider de recruter, former et accompagner une personne chargée de gérer l’ensemble des corners d’un même secteur d’activité présent dans l’open space.
  • Ces salariés pourraient être portés par un ou plusieurs groupement d’employeurs, leur permettant ainsi d’entrer dans une véritable logique de coopération économique.


3. Implication dans la gouvernance de la structure exploitante

L’implication dans la gouvernance de la structure exploitante doit être rendue possible, sans être nécessairement obligatoire. Par ailleurs, REGAIN va également étudier avec Ethical Property la possibilité d’entrer dans le capital de cette structure exploitante.

Laisser une réponse