Cette charte a été validée par le comité de pilotage du 29 juin 2010.

Préambule

Les signataires de cette charte se reconnaissent dans toute démarche qui a pour finalité de remettre l’être humain au cœur du développement économique. Une économie responsable appelle à reconsidérer notre rapport à la croissance et à la richesse, en incitant à orienter la consommation vers une meilleure satisfaction de nos besoins tout en préservant les biens communs de l’humanité.
En alliant viabilité économique, audace sociale et respect de l’environnement, la Cité de la Consommation Responsable rassemble des acteurs qui s’efforcent de mettre en œuvre des activités fondées sur les notions de dignité, de solidarité et de responsabilité.

Consommer responsable, c’est faire le lien entre un acte individuel et un projet de société.

  • 1. Pour prendre conscience qu’en achetant un bien ou un service, les consommateurs déterminent également les conditions de travail de ceux qui les produisent et les vendent, le respect ou non de l’environnement et que cela a un impact sur notre société.
  • 2. Pour chercher à modérer sa consommation et retrouver sa dimension de sujet capable de choix en refusant l’enfermement à la seule posture de consommateur insatiable. La modération de la consommation est une condition à un partage plus équitable des ressources.
  • 3. Pour s’informer sur les processus ayant conduit à la production et à la distribution de biens ou services.
  • 4. Pour faire des choix en intégrant des valeurs sociales et écologiques, au-delà du simple rapport qualité/prix en :
    • privilégiant des produits et services à forte valeur sociale : partage équitable de la valeur ajoutée entre tous les Hommes intervenant sur la filière de production/distribution et valorisation de la diversité culturelle.
    • privilégiant des produits et services à forte valeur environnementale : réduction de l’empreinte écologique, préservation de la biodiversité, prise en compte des dégâts causés à l’environnement.
  • 5. Pour retrouver dans la consommation le plaisir de la relation d’échange, de confiance et de curiosité qu’elle suscite.

Produire et distribuer responsable, c’est démontrer que la finalité du projet économique est d’utilité sociale.

  • 6. Pour démontrer que le fondement du projet n’est pas guidé par la recherche du profit.
  • 7. Pour viser une cohérence globale dans sa stratégie d’entreprise :
    • en articulant les démarches économique, environnementale ET sociale
    • en appliquant ces démarches au sein de l’entreprise ET avec ses partenaires
    • en ne considérant pas les consommateurs responsables comme un simple segment de clientèle parmi d’autres possibles.
  • 8. Pour donner aux citoyens des éléments d’information suffisants pour qu’ils soient en mesure d’apprécier les impacts sociétaux et environnementaux de leurs achats.
  • 9. Pour se donner comme objectif, au sein de l’entreprise, de créer des emplois stables et de qualité.
  • 10. Pour veiller à l’équité interne en limitant les écarts de salaire et en visant l’égalité entre les  hommes et les femmes.

S’inscrire dans le projet de Cité de la Consommation Responsable, c’est un engagement.

  • 11. Pour apporter des garanties sur la qualité de sa démarche : labels, certificats ou garanties participatives ‘objectivables’ par des tiers.
  • 12. Pour chercher à développer les coopérations entre résidents de la CCR, et particulièrement entre acteurs d’une même filière.
  • 13. Pour accepter la mise en œuvre de logiques de solidarité économique entre acteurs de taille différente afin de permettre la diversité de l’offre.
  • 14. Pour s’impliquer dans la gouvernance et le fonctionnement global du lieu et aller dans le sens d’une mutualisation de services communs.

Faire vivre le projet de Cité de la Consommation Responsable, c’est participer à un équilibre global.

  • 15. En encourageant la relocalisation de l’économie et le développement des filières courtes, mais aussi la solidarité internationale.
  • 16. En se donnant les moyens de maintenir une part significative des espaces disponibles pour de petits acteurs économiques locaux.
  • 17. En permettant et encourageant la participation des consommateurs au fonctionnement et à la gouvernance de la Cité de la Consommation Responsable.
  • 18. En participant à la vie de la cité et en impulsant des débats et des échanges autour des enjeux de société

Marseille, le 29  juin 2010

-