Consommer responsable, c’est satisfaire ses besoins de consommation en tenant compte de leurs impacts sur l’Homme et sur l’environnement.

Pendant longtemps, les consommateurs ne se sont pas posé la question de savoir dans quelles conditions sociales et environnementales les produits qu’ils achetaient étaient fabriqués, transportés, vendus et recyclés en fin de vie.

Cette longue période d’insouciance a pris fin au milieu des années 1980 lorsque les conséquences sociales et environnementales de nos actes d’achat ont été dénoncées et démontrées.

L’absence de principes éthiques dans le commerce international (exploitation des enfants, non-respect du droit international du travail, non respect de l’environnement) devient alors inacceptable pour de nombreux consommateurs, en particulier dans les pays dits ‘développés’.

Prendre conscience

Les consommateurs prennent alors conscience qu’en achetant un bien ou un service, ils déterminent aussi les conditions de travail de ceux qui les produisent et les vendent, le respect ou non de l’environnement, la possibilité ou non de les recycler et que cela avait un impact sur nos sociétés.

Décidés à mettre en cohérence leurs pratiques d’achat avec leurs valeurs, ils sont à l’origine d’un nouveau terme : le ‘consom’acteur’.

Devenir ‘consom’acteur’

Consommer de façon responsable, c’est donc chercher à satisfaire ses besoins de consommation tout en se préoccupant de l’impact de son geste sur le monde qui nous entoure en se renseignant sur l’origine de ce que l’on consomme.

Consommer de façon responsable, c’est acheter non seulement un produit mais un processus.


C’est privilégier des produits et services

  • à forte valeur sociale : partage équitable de la valeur ajoutée entre tous les Hommes intervenant sur la filière de production et de distribution, refus de l’uniformisation des produits et valorisation de la diversité culturelle.
  • à forte valeur environnementale : réduction de l’empreinte écologique, préservation de la biodiversité, prise en compte des coûts liés à la réduction et à la réparation des dégâts causés à l’environnement.

Avec pour objectif de maintenir les richesses crées dans les territoires où elles sont produites et consommées.


Dans tous les secteurs économiques

De la production à la commercialisation en passant par les transports, la consommation responsable concerne de nombreux secteurs : l’alimentaire, le textile, les cosmétiques, l’habitat, les loisirs, le tourisme, la restauration, les transports, les finances & assurances…

Exemples

  • Agriculture biologique
  • Tourisme responsable
  • Finances solidaires
  • Commerce équitable
  • Eco-construction
  • Auto-partage
  • Assurances mutualistes…

La ‘consommation responsable’ nous invite donc à revisiter le modèle économique dominant de nos sociétés[1] et nous encourage à modifier nos modes de consommation dans une perspective de justice (économique et sociale) au cœur des enjeux du développement durable[2].

-

[1] Tout en se situant dans le cadre d’une économie de marché.

 

[2] Le développement durable est un mode de développement économique cherchant à concilier le progrès économique et social et la préservation de l’environnement, considérant ce dernier comme un patrimoine à transmettre aux générations futures.

La  consommation durable comprend ‘l’utilisation de biens et de services qui répondent aux besoins essentiels et améliorent la qualité de vie, tout en minimisant l’utilisation des ressources naturelles, les matières toxiques et les déchets et émissions de polluants, de manière à ne pas compromettre les besoins des générations futures ».

Source OCDE (Organisation de coopération et de développement économique).

-